Quelles sont les différentes formes de prêts professionnels ?

Monter son projet de vie ou inaugurer sa startup s’avère une aventure exaltante d’où le besoin d’un financement continu et encourageant pour démarrer sur les chapeaux de roue. Telle est la mission que s’assignent des prêts dédiés, dont les modalités sont nombreuses et variées : un plan de financement rentable à court, moyen ou long terme tout en épaulant les entrepreneurs. Il existe des prêts individuels et participatifs selon les besoins. L’essentiel, quoiqu’il en coûte, est de constituer un bon dossier pour bénéficier des meilleures aides financières à des taux d’intérêt minimes.

Conditions pour obtenir un prêt professionnel

Financer un projet d’ouverture d’une start up ou la gestion d’une PME nécessite actuellement des solutions de financement adaptées et efficaces. Avant de s’engager dans la procédure de demande d’un prêt, il est essentiel de bien analyser ses besoins, les ressources disponibles de même que les modalités de remboursement. Pour ce faire, le business plan ou plan d’affaires n’est rien moins que la cheville ouvrière de tout projet d’entreprise. Il se présente sous la forme d’un document comportant les objectifs visés, le plan d’action avec les méthodes envisagées, les délais impartis, les outils et les personnes à disposition ainsi que le financement nécessaire entre autres. En ce qui concerne le placement pécuniaire plus particulièrement, c’est le BFR ou besoin en fonds de roulement qui est l’indicateur représentant le budget principal que possède l’entreprise pour la rétribution de ses charges dans l’attente du paiement de ses prospects. Ainsi le BFR n’est autre que la somme des stocks et des créances en ôtant les dettes non financières pour assurer ses besoins. Ce BFR se calcule en additionnant les jours de chiffre d’affaires et contribue à financer le cycle de l’exploitation d’une société. C’est donc peu de dire qu’il est particulièrement important pour entrepreneur.

Les diverses formes de prêts professionnels

Voici quelques types de prêts auxquels on peut avoir accès au sein du marché financier pour investir dans son entreprise :

  • Prêt amortissable : il s’agit du crédit professionnel le plus courant consistant à rembourser la somme due durant toute la durée de l’offre financière avec l’assurance et les intérêts
  • Prêt in fine : cette subvention financière a pour but de payer les intérêts et l’assurance à la date de chaque échéance avec le remboursement intégral du capital à la fin du contrat préétabli
  • Prêt à remboursement différé : il permet au débiteur de rembourser son dû en bénéficiant d’un délai convenu avant de s’acquitter de ses redevances
  • Prêt relais : crédit à court terme (1 ou 2 ans) qui permet à l’emprunteur de ne payer que les intérêts suivant une fréquence prévue
  • Prêt obligatoire : titre de créance émis par une entreprise auprès d’investisseurs
  • Leasing ou crédit-bail : location d’un bien mobilier, immobilier ou automobile dont profite l’entreprise sans obligation d’achat
  • Affacturage : ce type de contribution délègue les factures à un factor qui les recouvre à la place de l’entreprise
  • Crédit-revolving : un organisme prêteur alloue à l’entreprise ce crédit renouvelable professionnel à court terme.

Le prêt participatif : explication

Le besoin en fonds d’une jeune entreprise est immense en raison de la sortie conséquente d’argent qui n’est pas compensée par des bénéfices d’où l’urgence d’un financement participatif. À l’instar des prêts, il existe plusieurs types d’aides participatives pour inciter les entrepreneurs à mettre le pied à l’étrier et mener à bien leurs initiatives. Ce sont des dons (suivis ou non de compensation) qui peuvent être mutualisés en une même collecte. Voici les 3 principaux modèles de financements participatifs pour entreprises :

  • Le crowdequity est l’ensemble des prises de participation relatives au capital encourageant l’amorçage d’une société à la faveur d’une pléthore d’actionnaires investisseurs
  • Le crowdlending représente la totalité des prêts pour les entreprises via des créditeurs individuels qui financent les PME moyennant de petits prêts
  • Le crowdfunding obligataire est un genre d’emprunt permettant aux PME, qui ont à leur actif 3 bilans (généralement de plus d’un million d’euros de bénéfices), de poursuivre leurs projets avec l’assistance d’investisseurs privés. Cette source de financement d’entreprise rapide et souple est un complément pour diversifier les apports financiers.

Étapes de la constitution d’un plan de financement

Pour obtenir un financement professionnel optimal, il va de soi que le plan de financement initial doit être irréprochable et, ce faisant, le dossier de demande de prêt également. Ce plan qui est transcrit sous l’aspect d’un tableau à 2 colonnes expose, d’un côté, les investissements de l’entreprise et, de l’autre, la source des revenus en question donc les ressources et les besoins. D’emblée, la plupart des entreprises naissantes, qui ne disposent pas de fonds importants, prévoient un décalage au niveau de la trésorerie. En effet, il y a les frais les plus onéreux se rapportant à la création de la société accompagnés des dépenses relatives au personnel, au matériel et aux services mobilisés. Financer son entreprise requiert, dès lors, de bien déterminer les variables propres à chaque type de collecte d’argent. Pour ce qui a trait aux besoins de la firme, ils s’agencent en investissements prévisibles, en remise de dividendes et en fluctuations de BFR. Quant aux ressources, elles se segmentent en emprunts et/ou remboursements, en nouveaux bénéfices et en possibilités d’auto-financement.

Conseils pour l’obtention de son crédit professionnel

Pour une entreprise, obtenir un financement se révèle un casse-tête, de là la nécessité de bien administrer toutes les étapes qui jalonnent ce parcours du combattant entrepreneurial. Ce plan à moyen terme peut s’échelonner jusqu’à 3 ou 5 années. S’agissant de la mise en place d’une corporation ou de l’achat d’un fonds de commerce, la demande de financement est presque dans tous les cas inéluctables. Il s’avère utile de mentionner quelques astuces pour bien s’y prendre et éviter les embûches de ce secteur financier. Tout d’abord, il est primordial de réaliser un business plan minutieux, pragmatique, orignal et efficace. Ensuite, présenter aux organismes de crédit financier un dossier de financement complet et persuasif en recourant, de préférence, aux services d’un courtier. Les entrepreneurs doivent placer de côté un budget important pour parer aux risques éventuels lors de leurs interactions futures. Il faut aussi qu’avant la fondation de la nouvelle manufacture, le ou les responsables s’acquittent de leurs dettes afin d’obtenir des prêts bancaires privilégiés. En conservant une trésorerie suffisante pour le remboursement du prêt, l’actionnaire protège son bilan d’entreprise et peut même s’octroyer un excédent financier à l’aune de ses gains.